Conseils pour favoriser la cicatrisation des plaies issues de l’élagage d’arbre

L’élagage fait partie des travaux incontournables lorsqu’on a des arbres plantés dans notre jardin. Par cette opération, les branches sont coupées de manière sélective. Concrètement, on débarrassera les arbres concernés de celles qui sont mortes, malades et celles trop endommagées pour survivre. Néanmoins, des blessures béantes résulteront de la taille. Pour éviter qu’elles ne s’infectent, il faut les traiter convenablement. En général, la cicatrisation de ces plaies s’opère naturellement. On peut cependant intervenir pour accélérer le processus. Ainsi, comment peut-on favoriser la cicatrisation des plaies issues de l’élagage d’arbre ? Découvrez les réponses dans les paragraphes qui suivent.

Bon à savoir : le système de défense des arbres contre les agressions

Des éléments naturels comme le vent ou la foudre peuvent parfois blesser les arbres. Toutefois, ces derniers disposent des ressources indispensables pour se restructurer. Il s’agit du « principe de compartiment ». En effet, les plaies se soignent naturellement grâce à des cellules spécifiques qui se mettent en action. Ces cellules vont isoler les plaies. Puis, une barrière naturelle se forme pour que les pathogènes ne les infectent pas. Vient après leur recouvrement.

Le temps de cicatrisation des blessures sera fonction de leur taille et de leur emplacement. Dans le cas de l’élagage, le processus cicatriciel dépendra en grande partie du moment où il a été réalisé, le diamètre des branches et l’angle de la coupe. C’est pourquoi il est préférable de contacter cet élagueur professionnel dans le 80 pour l’exécution des travaux d’élagage.

Un élagage fait dans les normes assure la bonne cicatrisation des blessures

Pour un élagage réussi, des règles spécifiques sont à observer. Si l’opération est mal exécutée, non seulement elle affaiblira la plante, celle-ci peut même en mourir.

Après la taille, les branches de faible diamètre, c’est-à-dire de moins de 5 cm, se cicatrisent rapidement. Quant à celles dont le diamètre est plus important, en l’occurrence celles de plus de 10 cm de diamètre, la cicatrisation prendra plus de temps. En conséquence, il faut toujours se demander si la taille est vraiment incontournable.

En outre, choix du moment pendant lequel pratiquer l’élagage est important. En effet, certaines espèces d’arbres ont du mal à se cicatriser. Il en va ainsi du pêcher, du prunier, du cerisier, du bouleau ou encore du chêne. L’idéal est de les tailler vers la fin de l’été. Concernant les autres espèces, la meilleure période pour les élaguer se situe en hiver. Durant cette période, les végétaux sont en plein repos végétatif. Leur sève descend donc vers la racine et s’y concentre. Une coupe effectuée en hiver aura alors moins d’impact qu’une taille en vert.  Dans tous les cas, mieux vaut se fier aux conseils d’un élagueur.

Enfin, les outils de taille devront impérativement être désinfectés avant et après chaque utilisation. Vous éviterez ainsi de véhiculer d’éventuelles maladies d’un sujet à un autre. Il est également nécessaire de bien aiguiser les lames des sécateurs pour que les coupes soient bien franches et nettes. Quant à l’angle de la coupe, elle doit se faire en biseau. Cela empêchera l’eau de pluie de stagner sur la blessure.

L’application d’un mastic cicatrisant sur les lésions est-elle obligatoire ?

À ce sujet, les avis sont partagés. En effet, des études ont démontré que l’application d’un mastic cicatrisant n’est pas nécessaire en ce sens où il n’influence pas le processus cicatriciel des blessures. Par contre, cela aurait pour conséquence de ralentir le processus de recouvrement.

Cependant, certains mastics cicatrisant à l’instar de ceux à base d’argile, de propolis et de résine peuvent accélérer le recouvrement des plaies. Ils servent même de protection contre les eaux de pluie, les champignons et les parasites.

Par conséquent, si vous êtes intéressés par l’utilisation d’un tel produit, prenez le soin de bien l’étaler sur les plaies. Veillez à ce qu’il n’y ait aucune bulle d’air à l’intérieur. Une telle situation pourrait en effet favoriser le développement des maladies et des microbes. Néanmoins, sachez que le type de baume cicatrisant variera en fonction de l’essence de l’arbre sur lequel elle sera appliquée. Renseignez-vous donc sur la nature du produit avant tout achat.