Organisation et droits qui s’adressent à une famille nombreuse

famille

D’après l’étude réalisée par l’Unaf et la Craf, un français sur deux rêve de grandir au sein d’une fratrie comme d’avoir plus de deux enfants. Certes l’éveil d’un bébé est facilité lorsqu’il est entouré de plusieurs frères et sœurs. Mais, la vie d’une telle famille ne s’organise pas aussi facilement surtout s’il est question de « famille recomposée ». Éclairage.

Avocat droit famille Nice : à combien d’enfants une famille est-elle considérée comme « nombreuse » ?

En France, une famille nombreuse est constituée de plus de deux enfants. En 2011, un foyer sur cinq y est une fratrie de trois enfants voire plus. Ces tribus bien qu’ils soient mal vus par la société française, sont en tête du classement européen.

Quels sont les avantages et les inconvénients d’être issue d’une famille nombreuse ?

Le niveau de vie de certaines familles nombreuses est assez bas, soit 35 % des couples avec quatre enfants vivent sous le seuil de la pauvreté. Toutefois, ces foyers bénéficient des aides sociales qui favorisent l’augmentation du revenu ainsi que l’accès des jeunes enfants à l’Université. Cela n’empêche que 59 % des mères issues d’une telle famille travaillent, afin d’améliorer les conditions de vie de leurs petits.  Encore nombreux sont ceux qui résident dans des logements surpeuplés.

En dépit de tous ces inconvénients, l’éveil des nourrissons est accéléré et renforcé par sa vie dans une famille nombreuse. Plus grand, il s’adapte facilement en société et ne s’ennuie que très rarement. Il a ses frères et ses sœurs qui le protègent que ce soit à l’école ou dans la vie de tous les jours. Il appréhende très rapidement la notion de solidarité et de partage.

Si vous avez plusieurs enfants à élever et que vous avez besoin de piston sur le plan financier et immobilier, prenez connaissance de vos droits en contactant un avocat droit famille Nice.

Lien entre famille recomposée et famille nombreuse

Très souvent une famille nombreuse et une famille recomposée. Autrement dit, elle regroupe des parents qui vivent avec leurs enfants de leurs précédentes unions et très souvent de leur fils ou fille en commun. La loi française favorise la coparentalité en stipulant que le père et la mère en séparation peut exercer leur autorité parentale quelle que soit la nature leur divorce. Ils prennent ensemble les décisions qui concernent leur enfant. Cela est parfois à l’origine de litige qui ne peut être réglé sans la présence d’un conciliateur ou d’un avocat droit famille Nice.

Il faut savoir que le beau-père ou la belle-mère est un tiers à l’égard d’un enfant parce qu’il n’existe pas de statut juridique à lui attribuer. Il ne détient aucune autorité sur le fils ou la fille de son époux ou de son épouse. Néanmoins, il peut aujourd’hui partager l’autorité parentale avec les parents biologiques ou adoptifs en saisissant le juge aux affaires familiales. Le JAF peut accorder cette demande si celle-ci vise l’intérêt de l’enfant concerné. Toutefois, il est toujours préférable de se laisser seconder par un avocat droit famille Nice.