La retraite des chirurgiens-dentistes

retraite

Le métier de chirurgien-dentiste est considéré comme étant un métier libéral. C’est pour cela que sa retraite se diffère des autres professions, car il a de nombreuses particularités. Découvrez alors en quelques lignes tout ce que vous devriez savoir à propos de la retraite des chirurgiens-dentistes. Si vous êtes également dans un autre secteur libéral, cet article peut également vous éclairer sur certains points en commun avec les chirurgiens-dentistes.

De quoi est composée la retraite des chirurgiens-dentistes ?

La retraite dentiste est composée de 3 régimes bien distincts : le régime de base, le régime complémentaire et le régime de Prestations Complémentaires Vieillesse ou PCV.
À 62 ans, une liquidation peut être demandée pour le régime de base. Dans ce cas de figure, il faut que le chirurgien-dentiste ait cotisé le nombre de trimestres requis. Le calcul de la pension du régime se base sur le nombre de points acquis ou P, qui est à multiplier avec sa valeur ou V, auquel s’applique également le taux de liquidation T en fonction de la durée d’assurance DA. En somme, Pension = P X V X T X DA.

Quelles sont les conditions de retraite ?

Il y a certaines conditions à suivre pour percevoir la pension de retraite. Ainsi, il faut que le chirurgien-dentiste ait cotisé au moins 1 an. Ensuite, il doit être âgé de 67 ans, qui est l’âge de la retraite à taux plein du régime général. Toutefois, comme il a été déjà cité auparavant, il peut liquider sa pension à l’âge de 62 ans. Dans ce cas-là, la pension n’est perçue que si la personne est invalide ou inapte. Ou bien, si elle possède une décote suivant l’année de naissance.

– Naissance avant le 1er juillet 1951 : décote de 5%/an.

– Naissance entre 1er juillet 1951 et 31 décembre 1955 : la décote dépend de l’année de naissance, mais également du nombre de trimestres manquants.

– Naissance pendant 1956 ou après : décote de 1,5 %/trimestre manquant jusqu’à 67 ans.

Que se passe-t-il en cas de décès ?

En cas de décès du chirurgien-dentiste, la pension de réversion est appliquée. Elle sera versée au conjoint survivant. Son montant est égal à 60 % de la pension due au défunt. Les conditions qui s’appliquent sont les suivantes : il faut qu’ils aient été mariés 2 ans au minimum, ou bien, qu’ils aient 1 enfant issu de leur mariage. Mais aussi, il faut que le conjoint survivant ne se soit pas remarié. Et enfin, il doit être âgé de 65 ans au minimum. Il est bon à savoir que la pension de réversion avec décote peut être perçue à l’âge de 60 ans ou en cas d’invalidité.
Ainsi, les conditions d’octroi de pension pour les chirurgiens-dentistes sont différentes des employés de bureau. Plusieurs autres métiers libéraux ont également les mêmes conditions que celles du chirurgien-dentiste, notamment la sage-femme. Comme toutes les retraites, certaines conditions sont imposées