Téléassistance 5 conseils pour faire le bon choix ?

teleassistance

La téléassistance permet d’assurer la sécurité de vos proches une fois que les assistants de vie ne sont plus présents au domicile. Ce dispositif vous intéresse, mais vous ne savez pas comment le choisir. Quels sont les critères de sélection ? Y a-t-il des coûts cachés ? Est-il possible de bénéficier d’une réduction d’impôts ? Nous allons vous aider dans votre choix.

Les premières questions à se poser avant de choisir son système de téléassistance

Dans un premier temps, il convient de déterminer le niveau d’autonomie de la personne concernée par le dispositif.

La personne est-elle capable de se déplacer, faire du jardinage, des promenades ? Dans ce cas, un simple téléphone de téléassistance est suffisant. Grâce à la technologie du GPS, il permet de donner un signal d’alerte en appuyant sur le bouton destiné à cet effet.

Si la personne n’est pas sujette à des troubles cognitifs, un médaillon de téléassistance peut être recommandé. Il doit être porté jour et nuit. Les alertes sont déclenchées soit par une pression sur un bouton, soit automatiquement en cas de chute.

Ces deux dispositifs ont cependant des inconvénients. Ils ne sont pas toujours acceptés par le patient et nécessitent une action manuelle.
En cas de chute entraînant un malaise ou une immobilisation, un service de téléassistance par capteurs d’activité est la solution adaptée. Il est discret, efficace et facile d’utilisation.

Nos conseils pour bien choisir son système de téléassistance

Maintenant que la catégorie d’autonomie est identifiée, voici les principaux critères à prendre en compte pour choisir le meilleur système d’assistance :

Le dispositif

Le téléphone est muni de grandes touches afin de faciliter sa manipulation.
Dans le cas d’un médaillon de téléassistance, le matériel doit être ergonomique, léger, étanche et facile à déclencher.
Si la ligne téléphonique est raccordée au boîtier d’un fournisseur d’accès à Internet, il convient de vérifier que la connectivité des appareils soit compatible. Pour les logements ne disposant pas de ligne téléphonique, la société de téléassistance doit être en mesure de vous fournir une carte Sim adaptée au système d’assistance.

La qualité du service

Vérifiez que la société de téléassistance soit agréée « Société de services à la personne ». Elle doit pouvoir également vous fournir une charte de qualité. Celle-ci doit garantir un service d’accueil, une offre ciblée, un suivi des prestations, un contrat en bon et dû forme.

Pour une sécurité maximale, le matériel sera vérifié périodiquement. Des batteries de secours doivent prendre le relais en cas de coupure de l’alimentation par secteur.

Un technicien proche de votre domicile doit pouvoir intervenir rapidement. N’oubliez pas de faire le point sur les délais de dépannage.

La centrale d’écoute est réservée uniquement aux personnes âgées. Assurez-vous auprès de la société de téléassistance que les opérateurs disposent d’une formation adaptée à déterminer le niveau d’urgence.
Vérifiez que le service soit bien accessible 24 heures sur 24.

Une offre évolutive

La situation de la personne assistée peut évoluer au fil du temps. Privilégiez un contrat qui n’impose pas de durée d’engagement. Vérifiez aussi qu’il puisse être suspendu en cas d’hospitalisation ou de convalescence. Certaines sociétés facturent des frais de remise en service. Lisez bien toutes les clauses du contrat.

Le prestataire choisi doit être en mesure de proposer tous les systèmes de dispositif cités plus haut.

Les coûts cachés

Avant de conclure le contrat, assurez-vous que le prix de l’abonnement, les frais de dossier et d’installation ainsi que les tests d’équipement soient compris dans le prix proposé.
Optez pour le prélèvement mensuel.
Certains prestataires vous proposeront en complément des détecteurs de chute ou des assurances pour le matériel ; à vous de décider en fonction de vos besoins.

Les avantages fiscaux

Si vous disposez de l’agrément Allocation Personnalisée d’Autonomie, les collectivités locales peuvent prendre en charge une partie du dispositif.
Un opérateur agréé vous permettra d’obtenir une réduction d’impôt de 50 %, selon un plafond déterminé.