Toutes les erreurs à éviter pour réussir sa PACES

Il est connu de tous que la PACES, c’est-à-dire la première année de médecine est très difficile à suivre. Chacun connaît les conseils à suivre et peu d’étudiants ont le courage de vraiment les suivre. Il est parfois plus utile de faire un récapitulatif des erreurs à éviter pour réussir au mieux son année de PACES.

Les habitudes de travail à oublier

Certains seront surement tentés de ne pas aller en cours, pour n’utiliser que les supports de cours de leurs amis, du tutorat ou encore les leurs s’ils sont doublants. Il s’agit d’une très mauvaise stratégie. Le cours peut changer d’une année à l’autre, il est alors très important d’assister à tous les cours. Cela permet aussi de connaître les points sur lesquels le professeur insiste, ce qui peut donner des indications sur les sujets pouvant tomber le jour J. Laisser le retard s’accumuler est également une très mauvaise idée. Sachant que l’on prend toujours du retard à un moment dans l’année, se laisser aller en sachant que ça arrivera est le meilleur moyen de s’emmêler les pinceaux. Il vaut mieux retarder ce moment le plus loin possible !

Les facultés organisent souvent des concours blancs. Certains voient ce type d’opération comme une perte de temps, une soirée de gâchée, etc. Cependant, effectuer des concours blancs permet d’entrainer son cerveau à réfléchir sur des QCM, il s’habitue ainsi aux formulations et aux pièges récurrents. Si l’on a opté pour une boite à colle, comme par exemple celle-ci qui prépare à la PACES de Lyon, on a également accès à des concours blancs, qu’il est déconseillé d’ignorer…

Le quotidien à éviter pour réussir sa PACES

Ne plus prendre le temps de bien manger, négliger son sommeil, laisser la lessive et la vaisselle s’accumuler, tout cela dans le but de passer du temps à réviser ? Mauvaise idée. Le cerveau a besoin de bien dormir, d’être dans un endroit propre et rangé pour bien fonctionner. Garder du temps pour sortir et faire du sport est également très important pour s’oxygéner et optimiser sa mémoire.

Une fois le premier concours passé, on peut avoir tendance à laisser notre résultat influencer notre état d’esprit, ce qu’il ne faut pas faire ! Avoir un bon résultat au premier semestre ne garanti rien du tout, et l’on peut tout perdre en ne travaillant pas assez au deuxième semestre. A l’inverse, un mauvais résultat ou un résultat moyen ne signifie pas que tout est perdu, il faut alors continuer à tout donner pour mettre toutes ses chances de son côté. Et dans le cas où il est évident qu’il sera nécessaire de doubler son année, il vaut mieux continuer à fournir des efforts pour rendre l’année de doublant plus simple et optimiser ses chances de réussir.