Comment gérer efficacement les déchets de chantier ?

dechets

Les trois-quarts des détritus produits dans l’Hexagone sont issus des activités du BTP. Les professionnels du bâtiment doivent réfléchir, en amont, à la gestion des déchets sur chantier. Et cela après avoir effectué des travaux de démolition, terrassement ou forage. Voici quelques pistes sur la bonne gestion des rebuts sur un chantier.

Le processus de valorisation des détritus sur site

Dans le secteur du bâtiment, il existe 3 grandes familles de déchets : les déchets inertes, non dangereux (pour la santé) et dangereux. La loi impose un suivi rigoureux de ces derniers. Les détritus inertes représentent la plupart des déchets occasionnés par le secteur du BTP. Il s’agit ici des restes minéraux non dangereux. Ils ne se décomposent pas et sont non biodégradables. Leur avantage, c’est qu’ils ne détériorent pas les autres matières situées dans les environs. Pour le recyclage des déchets inertes, il faut se rendre dans des installations de recyclage ou de stockage de déchets inertes (ISDI). Concernant leur valorisation, le verre, les pierres, la terre et le béton peuvent être recyclés. D’ailleurs, le béton peut être transformé en granulats naturels.

Viennent ensuite les déchets non dangereux, non inertes ou déchets industriels banals (DIB). Ils ne sont ni inertes ni dangereux. Aussi, ils ne sont ni corrosifs ni explosifs. Le plâtre, le bois, le plastique et les métaux constituent des exemples de rebuts de chantier issus de cette catégorie. Pour leur recyclage ou leur valorisation, les DIB peuvent être envoyés dans une déchetterie. C’est particulièrement le cas s’ils ne sont pas triés. En revanche, s’ils ne peuvent pas être recyclés, ils peuvent être jetés dans des installations de stockage des déchets non dangereux (ISDND). Pour la valorisation, les DIB peuvent en subir deux types : énergétique (avec usage du bois pour la chaufferie) et matière. Pour ce dernier, on crée, par exemple, du papier avec du bois.

Les autres solutions de recyclage des déchets de construction

La valorisation des déchets non dangereux non inertes constitue une autre solution de recyclage du bâtiment. Ils peuvent être stockés dans des installations de stockage des déchets non dangereux. C’est le cas s’ils ne sont ni recyclables ni propices à une incinération. S’ils ne sont pas triés, l’élimination s’effectue dans une déchetterie. Leur valorisation se réalise via une valorisation énergétique ou de matière. Par ailleurs, il y a de nombreux avantages à transformer les déchets et matériaux de construction en ressources. Cela permet, entre autres, d’assurer la traçabilité des déchets dangereux. Bref, la gestion des déchets sur chantier illustre parfaitement la notion d’économie circulaire.

Quoi qu’il en soit, la construction ou la rénovation d’un logement peut entraîner énormément de déchets : gravats, isolants, emballages en plastique ou produits chimiques. En France, trier les déchets de chantier constitue une obligation légale. Ainsi, il est interdit de les incinérer ou de les enfouir. D’ailleurs, des sanctions pénales sont appliquées en cas de non-respect des obligations de valorisation des rebuts. Gérer les restes sur chantier, puis les valoriser, constitue donc un enjeu environnemental majeur, mais pas que. C’est également d’une importance vitale en termes de santé humaine et coût. D’ailleurs, une bonne gestion favorise une réduction des frais.