Les risques du travail en isolement

travailleur

Un travailleur est dit isolé s’il effectue ses tâches hors de portée de vue ou d’écoute d’un collègue ou de toute autre personne. Cette situation augmente les risques de survenue d’un accident, mais augmente aussi sa gravité. Mais quels sont réellement ces risques et quelles sont les obligations de l’employeur envers un salarié isolé ?

Les risques liés au travail isolé

Les risques peuvent être entre autres d’ordre médical. Le travailleur isolé peut souffrir d’une pathologie pouvant entrainer la survenue subite de symptômes handicapants et donc d’accident comme une crise d’épilepsie, une crise cardiaque, etc. Travailler de manière isolée peut tout à fait convenir à certains salariés, mais peut être une source de stress pour d’autres. L’angoisse causée par la situation d’isolement peut les amener à réagir de manière inadaptée face à une situation imprévue. Le manque d’expérience, de formation ou de moyens augmente le risque de survenue d’un accident. La violence externe est un autre risque auquel un travailleur isolé est soumis. Elle peut être d’ordre physique, mais aussi psychologique. En effet, l’on ne peut pas se limiter aux atteintes physiques étant donné que les agressions verbales qui se répètent sont à l’origine de troubles psychologiques graves, surtout chez les femmes qui y sont plus exposées. L’isolement du travailleur retarde par ailleurs l’intervention des secours en cas d’incident, ce qui peut aggraver grandement la situation.

La protection du travailleur isolé

La loi impose au chef d’entreprise d’assurer la sécurité et la santé de ses travailleurs qu’ils exercent ou non leurs missions de manière isolée. Pour les salariés qui travaillent hors de vue et d’ouïe d’une autre personne, il lui incombe de déployer toutes les mesures pour prévenir les incidents et permettre une intervention rapide des urgences en cas d’incident. C’est la protection du travailleur isolé ou PTI. Ces mesures impliquent en tout premier lieu d’évaluer les risques. S’ils ne peuvent pas être supprimés, une prévention pour limiter leur survenue s’impose à travers la mise en place d’une organisation plus adaptée face au travail isolé, la formation et l’information des travailleurs. Le recours à une protection collective, mais aussi individuelle est requis.

Un DATI pour garantir la sécurité du salarié isolé

Le DATI ou dispositif d’aide au travailleur isolé intègre le volet de protection individuelle. Il s’agit d’un dispositif qui permet à son utilisateur d’émettre une alerte en cas d’incident. L’alarme est enregistrée à une centrale de surveillance. Le téléopérateur procède dans un premier temps à une levée de doute en recontactant le salarié isolé si possible ou bien il prévient immédiatement les secours ou les dirigeants de l’entreprise. Il existe différents types de DATI. Les modèles les plus basiques se limitent à un boîtier doté d’un bouton SOS. Il peut aussi s’agir de radios. D’autres dispositifs plus élaborés génèrent l’alarme automatiquement par détection d’un changement brusque de station en cas de chute ou d’une immobilité prolongée par exemple. Cet équipement peut se présenter sous la forme d’une application à installer sur un Smartphone et de montres connectées. Pour les salariés isolés évoluant dans des conditions extrêmes, où les risques d’explosion sont accrus, il existe aussi des DATI robustes répondant à la norme ATEX.